02/02/2006

Lundi shopping...

... Ou comment Mag explore la grande ville toute seule comme une grande.

Lundi matin, notre prof de latin nous invitait cordialement à le rencontrer pr discuter de notre examen. Certes, je l'ai réussi mais c'est toujours mieux d'aller voir sa copie, histoire de voir ce qui ne va pas trop.
J'arrive 15 minutes après le début officiel de la "visite". Un morceau de papier accroché à la porte m'accueille : "J'erre dans le couloir, du côté du photocopieur" . Soit. Il est où le photocopieur ?! A peine le tps de me poser la question, le prof arrive. Vu que j'étais la seule pelée à venir voir ma copie, on discute gentillement. Puis direction le PUB, histoire de voir s'ils ont enfin rentré les livres qu'il faut lire pour C.

Comme on pouvait s'en douter, toujours rien. Je décide donc d'aller à la concurrence (enseigne bleue et jaune bien connue) pour commander mes bouquins. J'en profite pour acheter un magnifique calendrier avec des chats et un classeur où je pourrais enfin ranger mon bordel (entendez mes fiches de paie, mes contrats, factures, etc). Ensuite, j'embarque ds le 93 jusqu'à Louise puis métro jusqu'à Rogier.

Me voilà à la Rue Neuve, vais enfin pouvoir assouvir ma soif de shopping ! Oui, sauf que je n'avais point penser qu'on était encore dans les derniers jours de soldes (ce qui dit autant de monde que pr les 1ers jours. Chacun veut encore faire une bonne affaire). Un monde dingue ! Oui mais moi, je déteste le monde. J'expédie donc cette visite et souhaite rentrer à l'appart. Je suis cassée : mal au dos, ma tête me fait encore plus souffrir que d'habitude et ces "sauvages" ne m'ont pas vraiment mis de bonne humeur.

On peut donc comprendre que je veux vite rentrer chez moi pour me détendre. Sauf que mes amis de la STIB n'étaient pas vraiment du même avis (Vais vous en foutre moi des augmentations de tarifs ! Quand le service sera correct, on pourra tetre l'envisager grrr)!Il est un peu moins de 14h, j'attends patiemment le 55 (et je vous prie de croire qu'il en faut de la patience). Au bout d'une dizaine de minutes, il arrive. Je tente une approche. Me fais pousser de tous les côtés (précisons qu'ils sont déjà tous serrés comme des sardines à l'intérieur). Les gens se tappent presque dessus pour rentrer ... Philosophe, je me dit : "C'est pas grave, je prendrais le prochain...". Mouais... Ai attendu plus de 20/25 minutes avant que le suivant n'arrive. Même scénario. Je me vois donc contrainte de foncer ds le tas comme tout le monde (ben quoi, faudrait qd mm que j'arrive à rentrer chez moi...). Je me faufile et arrive à me hisser sur la "poubelle" près de la porte. Me fait écraser par ces gens qui ne connaissent ni le respect, ni le déodorant. C'est parti pour 20 minutes de calvaire. Même bataille pour sortir (pourtant, j'étais juste à côté de la porte) parce que ces gens ne connaissent pas non pus les mots "pardon" ou "excusez-moi".

15h10, j'entre dans l'appart. Pffiu ce fut labourieux ! Et tout ça pour ne rien trouver ... Et dire que je remets ça demain avec moman, la tata et l'tonton. Faut croire que j'aime le stress ...

09:05 Écrit par Mag | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.